La population des Alpes face aux changements climatiques

Ce titre est celui d'un livre passionnant que je viens de finir de lire et que je vous recommande.
Avec la rigueur suisse, l'auteur analyse, par les catastrophes alpines d’un plus proche passé, les risques du réchauffement actuel. Des explications scientifiques sont enfin mises à l’échelle humaine par l’évocation des relations quotidiennes, au cours des siècles, entre populations montagnardes et les glaciers.

Le réchauffement climatique est un sujet qui laisse rarement indifférent. Les indices s’accumulent dans la montagne et ne laissent aucun doute quand à l’existence d’une tendance à la hausse de la température moyenne du globe. Parmi les divers indicateurs, les glaciers sont particulièrement sensibles aux modifications climatiques et cela nous pouvons le constater tous les jours dans l'exercice de notre profession : les glaciers reculent   et diminuent en épaisseur !

"Ce recul correspond à une élévation de la limite des névés de 20 à 80 m dans les Alpes, soit une augmentation de la température moyenne annuelle de l’ordre de 0.5 à 0.7°C. Si ce réchauffement se poursuit, la ligne d’équilibre des glaciers pourrait remonter de quelques 100 à 300 m avec pour conséquence la disparition de plus de la moitié des glaciers des Alpes (à moins que les précipitations n’augmentent drastiquement)."

La montagne est bien un véritable laboratoire de vie !

Ci-dessous, l'évolution du glacier du Trift dans massif du Dammastock en Suisse centrale au cours des 65 dernières années :

Les glaciers en mouvement
Retour à l'accueil